Yu-Gi-Oh! – Lexique des Termes et du Jargon

Voici un petit lexique du jargon et des termes utilisé par les joueurs de Yu-Gi-Oh! en général. Il permettra aussi de donner une définition aux termes que j’utilise dans mes posts à ceux qui ne sont pas familier avec. Je le mettrais à jour lorsque des nouveaux termes surviendront ou que je me rende compte que j’en ai oublié (n’hésitez pas à me le faire savoir en commentaire d’ailleurs).

Pensez à Ctrl+F pour trouver rapidement un terme.

Activation / Résolution : Ce sont les termes officiels pour parler « d’utiliser » un effet quelconque. J’entend souvent les joueurs dire qu’ils vont « faire » l’effet de tel carte, mais ce n’est pas le bon terme et ça peut prêter à confusion (en plus d’être particulièrement moche à entendre). Normalement, on doit « Activer » un effet, payer le « Coût » si il y en a un, puis l’adversaire peut « Répondre » à cette activation, et dans tous les cas à la fin de la chaîne, les deux joueurs vont « Résoudre » leurs effets respectifs, même si c’est dans le vide si l’un d’entre eux est annulé ;

Archétype : Dans Yu-Gi-Oh!, un archétype est un groupe de carte créée autour d’une idée, d’un thème ou d’une carte spécifique qui sont destinées à fonctionner ensemble. On reconnaît un “archétype” grâce à un nom précis que ses cartes ont en commun qui les différencie d’autres dites plus “génériques”. Par exemple, “Arôma” est ici le nom commun pour les cartes de cet archétype, et les cartes qui le soutiennent le mentionnerons aussi dans leurs texte, s’il n’est pas présent dans le nom de la carte ;

Aggro : Abrégé de l’anglais “Agression”, dans le contexte il s’agit d’un style de deck axé sur l’oppression avec un fort potentiel de génération de CA, que ce soit en piochant, en tutorisant, en invoquant spécialement beaucoup de monstres, et ayant aussi une forte propension à OTK. Exemple : Cyber Dragon ;

Backrow : La “Rangée arrière” en français, dans le contexte on parlera de “Backrow” pour désigner les cartes présentes dans la zone magie/piège, souvent des cartes pièges. A noter que ça ne concerne pas obligatoirement les cartes posées face verso, il s’agit de toutes les cartes placée dans cette zone, qu’elles soient face recto ou verso

Beatstick : Littéralement “Bâton de frappe”, un terme employé pour désigner un monstre avec une forte ATK capable d’être invoqué facilement et dont le seul but sur le terrain sera d’attaquer ;

Beatdown : Littéralement « Tabasser » en français. C’est un style de deck basé sur des monstres à grosse attaque et généralement de quelques protection les rendant difficile à gérer, dont le but sera de submerger l’adversaire par leurs présence sur le terrain et possiblement OTK. Par exemple, au tout début de Yu-Gi-Oh, il existait un deck méta basé sur le Crâne Invoqué que l’on appelait « Summoned Skull Beatdown« . Ce terme, aujourd’hui, a été largement remplacé par le terme « Aggro » pour définir un type de deck aggressif et capable d’OTK ;

Board : Le “bord” en français, utilisé en général pour parler du terrain spécifique d’un joueur (l’ensemble de ses cartes présentes de son côté du terrain), à ne pas confondre avec les cartes magies de terrain ;

Bounce : De l’anglais “rebondir”, désigne l’action de “renvoyer” une carte dans la main ou le deck via un effet. Certains joueurs utiliseront aussi le terme « compulse« , qui provient du nom de la carte « Dispositif d’évacuation Obligatoire« , « Compulsory Evacuation Device« , dont l’effet est de simplement renvoyer un monstre sur le terrain à la main de son propriétaire. Des joueurs anglais utilisent aussi le terme « spin » pour désigner cette action ;

Boss monster : Un terme de MMO et autres jeux vidéo désignant un monstre plus fort que les autres. Ici, ça désigne un monstre difficile à vaincre, soit parce qu’il a de grosses stats, soit parce qu’il a un effet puissant, et qui sera le plus souvent capable de mettre fin à une partie de lui-même? En général c’est un « ace monster », la carte maîtresse du deck ;

Burn : De l’anglais “Brûler”, il s’agit d’infliger des dommages aux LP de l’adversaire par le biais d’effets, tel que Soldat Canon.

Brick : “Brique” en français, c’est le résultat d’un deck possédant une mauvaise stabilité. Commencer une partie avec une main désastreuse, sans aucun moyen d’entreprendre la stratégie initialement prévue pour le deck ni même aucune autre tactique alternative, est ce qu’on appelle une brick, ou une “main morte”. On peut aussi parler d’une brique en désignant une carte qui ne nous est d’aucune utilité en main. Par exemple, dans le contexte du deck Arôma, Mardel est très souvent une brique si on la pioche car on ne pourra pas s’en servir ni s’en débarrasser facilement;

CA : Abréviation de “Card Advantage”, “Avantage de carte” en FR. Ca représente simplement le nombre total de cartes présentes dans la main et sur le terrain d’un joueur par rapport à celles de son adversaire. Quand on dit d’une carte ou d’un deck qu’il “génère du CA” ou “fait du + en CA”, on parlera de sa capacité à ajouter des cartes dans la main ou sur le terrain d’un joueur, lui permettant ainsi de comptabiliser plus de cartes en tout que son adversaire. Par exemple : Pot des Désirs fait du +1 en CA (une carte utilisée pour en ajouter deux à la main), même s’il demande de bannir 10 cartes du dessus du deck car l’état du deck ne rentre pas en compte pour le calcul du CA, c’est uniquement ce qu’il y a sur le terrain et dans la main des deux joueurs qui compte (c’est pourquoi la carte est forte, c’est littérallement la version retrain du Pot de Cupidité avec un cost pour la rendre légale) ;

Chain : “Enchaîner”, l’action de « Répondre » à une activation de carte ou d’un effet par une autre carte. Il s’agira d’effet rapides, de magies jeu-rapide ou de carte pièges. On dira par exemple un truc du genre “Je chain ma Ash à l’activation de ta Terra Formation pour l’annuler.”. Il ne faut pas confondre une “Chaîne” et des “Maillons de Chaîne” ;

Chain Link / Chain Block : “Maillon de Chaîne”, ici cela désigne l’ensemble des actions enchaînées les unes aux autres qui compose une “Chaîne”. Par exemple : Un joueur active Terra Formation, son adversaire répond à l’activation avec Ash, puis le premier joueur enchaîne avec Appelé par la Tombe pour annuler l’effet de Ash. On a donc une chaîne unique composée de trois maillons de chaîne :
– CL1 : Terra Formation
– CL2 : Ash
– CL3 : Appelé par la Tombe
Une fois achevée, la chaîne se résoudra à l’envers en partant du dernier maillon de chaîne donc le Chain Link 3 ;

Combo : Abréviation de “Combinaison”, un enchaînement d’actions plus ou moins complexe pour aboutir à quelque chose. Ici quand on parle de “combo”, on désignera le fait de réaliser des actions qui se suivent dans le but d’établir son terrain ou d’obtenir l’accès à une certaine stratégie.
A noter qu’il existe aussi la notion de « Deck Combo« , désignant un type de deck entièrement tourné autour d’un ou plusieurs combos visant à établir un terrain insurmontable pour l’adversaire. Ce sont ces fameux decks dont leur premier tour est interminable et qui tentent par tous les moyens de placer le plus de negate possible sur leurs terrain… ;

Control : « Contrôle » en Français, il s’agit, dans le contexte du jeu, d’un style de deck dont l’objectif sera de contrôler le terrain, d’empêcher l’adversaire de faire ce qu’il veut pendant son tour via de la disruption et des cartes de stun. Ce type de deck est moins rapide que la moyenne et beaucoup plus orienté « go first » pour placer toute leurs backrow. Un exemple très réçent : Eldlich ;

Consistance / Stabilité : Fréquence d’un deck à donner une bonne main de départ permettant l’aboutissement de sa stratégie. Si un deck n’est pas “consistant”, il arrivera alors souvent de “brick” ;

Cost : Le « Coût » en FR, il s’agit d’une action à réaliser obligatoirement lors de l’activation d’une carte ou d’un effet. Il s’agira en général de la première phrase écrite dans le texte de la carte, précédant un possible  » ;  » qui décrit ensuite l’effet à la résolution (si la carte possède une condition d’activation, alors le coût sera juste après le  » : « ). Attention, un « Cost » n’est PAS un effet. Il ne peut pas être annulé, doit être réalisé dès la déclaration de l’activation de l’effet (si payer le coût s’avère impossible, alors on ne peut tout simplement pas tenter d’activer l’effet en question), et ne déclenchera pas les effets de cartes qui nécessite d’être envoyées au cimetière par un « effet de carte », tel que les monstres Marionnettes de l’Ombre. Par exemple, Pot des Désirs dit : « Bannissez face verso 10 cartes du dessus de votre deck ; Piochez 2 cartes« . Ici, lorsqu’on active la carte Pot des Désirs, la première chose que l’on doit faire, c’est ce qui est décrit avant le  » ; « , donc bannir les dix cartes du dessus du deck. Ensuite l’adversaire possède un droit de réponse et peut annuler l’effet à la résolution si c’est possible, mais il ne peut pas annuler le coût. Donc ici il pourra empêcher le joueur de Pot des Désirs de piocher 2 cartes, mais pas de bannir les 10 cartes du dessus de son deck ;

Crash : Un monstre qui attaque un autre monstre adverse aussi fort ou plus fort que lui en position d’attaque est généralement appelé un « crash » car le monstre attaquant (ou les deux monstres combattants) sera/seront détruit(s) à l’issu du combat. D’ordinaire les joueurs le font intentionnellement car le monstre attaquant possède un effet qui s’active si il est détruit, comme Valkyrie-Vierte ;

Disruption : De l’anglais « Perturbation », il s’agit d’un terme généraliste qui désigne toute forme de carte ou d’effet pouvant être activé pendant le tour adverse et capable de « perturber » son plan de jeu, en annulant un de ses effets ou en détruisant une de ses cartes par exemple. On parlera aussi « d’interruption« , mais cela désigne plus souvent les effets de négation que le reste. Par exemple, Larme la Reine Rikka est capable de perturber l’adversaire, puisque son effet lui permettant de sacrifier un monstre sur le terrain devient un effet rapide si elle possède un monstre plante en matériel Xyz, lui donnant ainsi la possibilité de l’activer pendant le tour adverse ;

Dragoon : Une abréviation faisant référence à la carte « Soldat Dragon Sombre aux Yeux Rouges« , « Red-Eyes Dark Dragoon » en anglais, parfois aussi appelé « Dragun of Red-Eyes » selon son nom OCG original. Il existe bien d’autres cartes portant le nom de « Dragoon », cependant lorsqu’on parle de « Dragoon » aujourd’hui, dans 90% des cas, on fera forcément référence à cette carte précise car c’est probablement le « Dragoon » le plus représentatif et le plus populaire du moment ;

Draw : Même si cela peut sembler évident pour beaucoup, ce mot est d’origine anglaise et a deux significations dans le contexte du jeu. La première est « Piocher« , que l’on retrouve dans le terme « Draw Phase« , qui est littéralement la « Phase de pioche », soit la première chose que vous faites lorsque vous commencez votre tour.
La seconde signification est « Egalité« , qui est écrit « DRAW » en toutes capitales sur les cartes anglaises pour le différencier de l’autre signification du mot. L’égalité est donc le résultat d’un duel où les deux joueurs réunissent leurs conditions de victoire au même moment (comme réduire simultanément les points de vie des deux joueurs à 0). Certaines cartes permettent de réaliser ça très facilement, mais la plupart d’entre elles sont bannies, tel que Bouton d’Autodestruction. La seule que je connaisse qui soit capable de faire ça et qui n’est actuellement pas bannie, c’est Nova Pourpre le Seigneur Cubique des Ténèbres ;

Engine : “Moteur” en français, il s’agit d’un ensemble de carte auto-suffisant, le plus souvent appartenant à un même archétype, qui pourront se chercher entre-elles et améliorer le deck dans lequel il est intégré en lui apportant soit de la consistance, soit du CA, soit un accès consistant à une certaines cartes nécessaire à la stratégie du deck. Par exemple, Ophrys Scorpio Prédaplante peut aller chercher Darlingtonia Cobra Prédaplante depuis le deck lors de son invocation, qui lui-même pourra aller chercher une carte de magie de fusion, cela représente alors “l’engine prédaplante” ;

Extender : Une carte possédant un effet permettant “d’étendre” le plan de jeu, le plus souvent des monstres. La finalité sera d’avoir un monstre sur le terrain “gratuitement”, soit-dit sans consommer de ressources. Par exemple, Laurier Arômage est un extender car il permet de s’invoquer spécialement depuis la main dès lors que nos LP sont supérieurs à ceux de l’adversaire, on aura ainsi un monstre supplémentaire “gratuitement” sur le terrain pour continuer les combos ;

Errata : Un Errata, ou « Erratum », est une modification officielle du texte d’une carte. Les raisons sont multiples, ça peut être pour rendre la carte plus lisible, pour corriger des fautes, pour mettre le texte de la carte à jour par rapport au PSCT, ou aussi pour changer un effet de carte. Par exemple, on a récemment eu un errata pour la carte Dragon Sombre Métallique aux Yeux Rouges, ajoutant une clause Hard-OPT sur ses effets qui, auparavant, n’en avait pas, ce qui le rendait un peu trop fort et permettait de réaliser de nombreux FTK ;

Float / Floater : De l’anglais « Flotter », il s’agit ici d’une carte ayant un effet, lorsqu’elle quitte le terrain, qui offre du Card Advantage d’une manière ou d’une autre, permettant ainsi de se « remplacer » sur le terrain. Ainsi on ne perd pas de CA si la carte est détruite par exemple. Un bon exemple se trouve dans l’archétype « Désenchaînée« , où toutes les cartes de cet archétype possèdent un effet lorsqu’elles sont détruites, permettant de se remplacer sur le terrain par une autre, laissant ainsi rarement un terrain complètement vide ;

Floodgate : De l’anglais « Vanne », désigne un type de carte dans le jeu avec un effet continu qui va restreindre le champ d’actions d’un ou plusieurs joueurs. Par exemple, Ordre Impérial est une floodgate dont l’effet continu empêche l’usage de cartes de magie. A noter que cette expression, qui s’applique le plus souvent aux cartes pièges continues de ce type, ne désigne pas uniquement des cartes pièges. Certains monstres sont aussi doté de ce genre d’effets « floodgate », tel que Roi Véritable de Toutes les Calamités, Résidents des Abysses ou Jinzo ;

FTK : First Turn Kill, littéralement “Tuer au premier tour”. C’est la même chose qu’un OTK, sauf que c’est appliqué dès le premier tour de jeu par le joueur qui commence la partie. Puisqu’il n’y a pas de battle phase lors du premier tour, les stratégies FTK se basent souvent sur des abus d’effet de carte qui ne sont pas limités à une fois par tour, ou ont une simple clause soft once per turn, réalisant ainsi des loops pour infliger suffisamment de dommages d’effets afin de vider les LP de l’adversaire sans que ce dernier n’ait pu jouer ;

Foolish : Tiré de “Foolish Burial”, le nom anglais de la carte Sacrifice Inutile. C’est un terme employé pour dire qu’on envoi une carte directement depuis le deck ou l’extra deck au cimetière ;

Garnet : « Grenat » en Français, cette expression désigne une carte nécessaire pour un combo ou un engine, mais qui doit rester dans le deck pour servir, que l’on ne doit ni piocher ni meuler, et qui est complètement inutile de lui-même. L’origine de cette expression provient de la carte monstre normal « Grenat, Chevalier-Gemmes » (Gem-Knight Garnet), qui était une carte très utilisée avec l’engine Gem-Knight, qui incluait cette carte, Fusion Brillante (aujourd’hui bannie), et Séraphinite, Chevalier-Gemmes, la fusion dont le seul but sur le terrain était d’obtenir une seconde invocation normale. Cet engine était souvent accompagné de l’engine Prédaplante afin de récupérer rapidement Fusion Brillante et ainsi bénéficier de la seconde norm. Pour réaliser cet engine, on a besoin d’avoir les matériaux de fusion de Séraphinite (un monstre « Chevalier-Gemmes » + un monstre LUMIERE) spécifiquement dans le deck, sinon on ne pouvait pas jouer la Fusion Brillante. « Garnet » est depuis devenu un running gag pour désigner une carte qu’on ne voudra pas voir en main ou piocher avant de réaliser le combo pour lequel il est nécessaire, sauf que les probabilités aiment bien troller parfois…

Go first : Il s’agit simplement de commencer une partie en jouant premier.

Go second : A l’inverse du “Go first”, ici il s’agit de démarrer la partie en jouant après l’adversaire.

Grind Game : Une expression qui vient de « grinding », présente dans les jeux vidéo, notamment les RPG où il est question de « farmer », ce qui n’a pas de réelle traduction en Français qui aurait du sens (« to grind » signifie « moudre »). Dans les jeux, quand on « grind », ça signifie qu’on va travailler dur pour améliorer notre personnage, nos ressources et autres. Dans le contexte de Yu-Gi-Oh, le « grind game », ou « jeu du grind », c’est une situation où les deux joueurs vont être en « guerre de ressources », c’est à dire qu’ils vont tenter de se surpasser l’un et l’autre en terme de CA en faisant un minimum d’action et en recyclant au maximum leurs ressources afin de gagner sur le long terme. Les decks contrôles sont en général plus avantagés à ce niveau-là puisqu’ils jouent sur la gestion de leurs ressources et le contrôle du CA. Un bon exemple de deck contrôle qui est relativement fort sur le grind game est Sky Striker (Assaut de l’Air), mais ce n’est peut-être plus le cas depuis le ban d’Engage… ;

GY : Abréviation pour “Graveyard”, “Cimetière” en français, surtout utilisé sur les cartes en anglais ;

Handtrap : Une carte qui s’active depuis la main, souvent en réponse à une action adverse. Ce terme fait alors référence aussi bien à des monstres à effet rapide que des cartes pièges activable depuis la main ;

Handloop : Une variante spécifique d’un combo dit « loop » qui a pour objectif de toucher à la main de l’adversaire, que ce soit en l’obligeant à se défausser d’une ou plusieurs cartes ou en renvoyant des cartes de sa main dans son deck. Un exemple actuel de handloop : Fumigène du Voleur (mieux connu sous son surnom anglais « Smoke Grenade »). Une vieille carte qui était alors complètement absente des radars avant la sortie des Infernoble Knights et notamment de leurs boss monster, qui ont soudainement permit de déterrer cette relique pour inventer un combo dégénéré permettant non seulement de regarder la main adverse, mais en plus de lui retirer deux de ses cartes avant qu’il ne puisse jouer. Je ne saurais pas vous détailler le combo vu que je ne m’intéresse pas aux stratégies de ce genre, pour moi le principe même de toucher à la main adverse ne devrait même pas exister tellement c’est unfair.

HOPT : Abréviation de “Hard Once Per Turn”, qu’on pourrait traduire par “Une fois par tour sévère” bien qu’il n’en existe pas d’officielle. Il s’agit d’une clause OPT plus forte empêchant l’usage d’une carte ou d’un effet de carte du même nom plus d’une fois par tour. C’est reconnaissable via la phrase “Vous ne pouvez utiliser cet effet de *nom de carte* qu’une fois par tour”, interdisant ainsi l’usage de toute autre copie de cette même carte. C’est la solution de Konami face au problème de cartes dotée d’effets dit “Soft OPT” très fort dont les joueurs parviennent à abuser via une combinaison de cartes qui n’ont pas été pensées pour interagir ensemble (souvent des vieilles cartes). En général ça entraîne la naissance de stratégie FTK malsaine, suivi du ban par Konami de la/les cartes problématiques. Un exemple récent : Dragon Pare-Feu ;

Ignition : “Allumage” en français, ici ça désigne les effets de cartes qui ne peuvent être activés que manuellement par un joueur pendant son tour, plus précisément sa propre Main Phase, comme les monstres à effets classique ou les cartes magie en général. Par exemple, Floraison De Feu possède un effet dit “Ignition” que l’on ne pourra ainsi utiliser que pendant notre Main Phase ;

LP : Abréviation pour “Life Point”, “Point de Vie” en français ;

Loop : « Boucle » en français, il s’agit un terme désignant un ensemble d’action pouvant être répété un nombre indéfini de fois. Un exemple de loop récente est la loop « Infinite Negate » composée de Simorgh, Oiseau de la Souverainté, Transporteur Union, Oiseau du Tonnerre de la Vallée de Brume et Apex Aviaire de la Vallée de Brume. Transporteur Union équipe Oiseau du Tonnerre à un monstre Tonnerre ou VENT sur le terrain (souvent Simorgh invoqué avant Union), puis Simorgh invoque durant la End phase Apex du deck pour peu qu’il y ait au moins 8 zones M/P libres sur le terrain. Ensuite à chaque fois que l’adversaire tente d’activer quelque chose, Apex pourra le negate en renvoyant l’Oiseau du Tonnerre à la main, qui derrière possède l’effet trigger obligatoire de s’invoquer spécialement si il est renvoyé du terrain à la main. Puisque Apex n’est pas limité à une fois par tour, ça va créer la fameuse « Infinite Negate Loop ». Le terme aujourd’hui est un peu dérivé et utilisé par les joueurs pour définir leurs combo wombo Halqifibrax into Borreload Savage + Herald grâce à une seule carte en main.

M/P : Abréviation pour “Magie/Piège”, aussi utilisé en anglais sous la forme “S/T” pour “Spell/Trap” ;

Meta : “Most Effective Tactic Available”, en français “Tactique la plus efficace disponible”. Un terme de MMO qui est aujourd’hui très utilisés dans les jeux où le joueur est libre de choisir un méthode pour réaliser quelque chose, mais ça peut être employé dans beaucoup d’autre chose. Dans le contexte du jeu de carte, quand on parle de meta, on fera référence aux decks les plus utilisés par les joueurs en tournoi, le plus souvent car ils sont capable de donner les meilleurs résultats. Ça ne signifie pas obligatoirement que ce sont les meilleurs decks, juste que ce sont les plus populaires (Pour l’exemple, un deck Gardien Celte peut devenir “meta” si un grand pourcentage de joueurs se mettent à l’utiliser en tournoi, pourtant ça ne signifie pas que c’est le meilleur deck, loin de là) ;

Meuler : « Mill » en anglais, c’est l’action d’envoyer des cartes du dessus du deck au cimetière, peu importe de quel joueur. Un deck « meule » aura pour but de vider le deck adverse rapidement en utilisant des cartes tel que Vers Aiguillon ou Vers de Feu. Mais ce n’est pas uniquement pour l’adversaire, certains decks joues sur l’envoi de cartes au cimetière, tel que Seigneur Lumière ;

PogChimp : Référence à une émote utilisée chez les Yugituber et streamer anglophone. Cette émote, ainsi que sa variante « Monkiflip » ou « Monkeflip« , est utilisée lorsqu’un joueur se sert d’une stratégie à base de cartes principalement pièges et de floodgates pour gagner. Ça dénonce l’usage excessif de carte qui donne la victoire trop facilement ou qui s’utilisent sans réfléchir. Une stratégie sans difficulté digne d’un chimpanzé en gros.

Negate : Littéralement “Annulation”, désigne un effet de carte qui permet d’annuler l’activation des effets de monstres, de magies ou pièges, d’une autre carte ou d’un effet (on parle alors d’une “omni-negate”), annuler tous les effets d’une ou plusieurs cartes de manière continue, ou même parfois d’annuler une invocation. Vous risquez d’en entendre beaucoup parler car c’est au cœur de la meta. ;

Norm : Abréviation de « Invocation Normale » ;

Nuke : Terme venu de « Nucléaire » en anglais, il s’agit de l’action de détruire l’intégralité des monstres et/ou des cartes sur le terrain. Par exemple, Trou Noir est une carte à effet de « nuke » car elle détruit tout les monstres sur le terrain ;

OCG / TCG : Différenciation entre les règles du jeu de carte Yu-Gi-Oh! pour l’Asie de l’Est et le reste du monde. OCG (Official Card Game) fait référence au jeu de carte du Japon, Corée du Sud, et d’autres parties de l’Asie de l’Est tel que Hong Kong, Taïwan, Philippines, Malaisie, Thaïlande et Singapour. Tandis que TCG (Trading Card Game) est le jeu de carte dans le reste du monde. Les cartes imprimées dans les langues pour les pays « OCG » ne sont pas officiellement jouable dans les pays « TCG », et vice-versa. Au-delà de la différence de la langue, les règles diffèrent entre l’OCG et le TCG, tout comme la banlist, étant donné que le calendrier de sortie est complètement différent.

OPT : Abréviation de l’anglais “Once Per Turn”, “Une fois par tour” en français. Cela désigne un effet qui ne peut être activé qu’une seule fois durant le tour en cours. Cependant ce n’est pas limité à une fois par carte du même nom, ce qui signifie qu’on peut faire quitter le terrain à cette carte OPT (en l’envoyant au cimetière ou en la renvoyant dans la main puis en la ramenant à nouveau sur le terrain par exemple) pour ensuite pouvoir réutiliser son effet supposément limité à “Une fois par tour”. Les effets de ce genre sont aussi souvent appelés “Soft once per turn” afin de les différencier de l’autre clause du même genre ;

OTK : One Turn Kill, littéralement “Tuer en un tour”, utilisé pour décrire une stratégie ayant pour but de réduire les points de vie de l’adversaire de 8000 à 0 en un seul tour ;

Pop : Jargon signifiant “détruire”. Rien à voir avec le genre musical, ça vient probablement du bruit que fait un truc qui explose… ;

Powercreep : Un mot anglais n’ayant pas de traduction littérale en FR, mais pouvant être traduit comme « Escalade de puissance ». Pensez à Dragon Ball Z, les ennemis toujours plus fort et les héros qui doivent « augmenter en puissance » pour les vaincre. C’est le powercreep, un terme utilisé la plupart du temps dans les jeux vidéos mais qui s’applique aussi ici pour le jeu de carte Yu-Gi-Oh!. Lorsque l’équilibre de puissance entre les cartes est rompu, le jeu souffre alors d’un problème de « powercreep », et c’est très facilement visible de nos jours, il suffit de comparer la puissance des anciens decks à celle des nouveaux, les anciennes staples aux nouvelles. Un exemple récent : Talent des Triple Tacitques. Cette carte combine les effets de trois vieilles cartes actuellement toujours bannies car jugées trop fortes (Pot de Cupidité, Changement de Cœur et La Sentinelle Inflexible) avec une pseudo condition histoire de ne pas rendre la carte complètement gratuite, mais tout le monde sait que cette « condition » n’en est pas réellement une de nos jours avec l’omniprésence de handtrap et d’interruption pendant le tour adverse.

PSCT : « Problem-Solving Card Text », il s’agit d’un standard d’écriture du texte des cartes utilisé depuis Juillet 2011. Voici la page Yugipédia pour de plus amples information, mais généralement la partie qui nous intéresse le plus à ce sujet c’est la formulation des effets de carte pour distinguer les conditions, le coût d’activation, et l’effet à la résolution. Il se présente sous la forme suivante : « conditions : activation ; résolution« .
Grâce à ça, on peut déterminer si il y a des conditions spécifique à remplir pour pouvoir activer la carte ou l’effet (parfois il n’y en a pas), un coût à payer dès l’activation (là aussi il peut ne pas y en avoir), et enfin l’effet à proprement parler, qui s’appliquera à la résolution. Les  » :  » et  » ;  » sont importants puisque c’est le seul point de repère, s’il n’y a pas de « : », ça signifie qu’il n’y a pas de conditions, et si il n’y a pas de « ; », c’est qu’il n’y a pas de coût. Il y a aussi une histoire de terminologie et de rédaction bien précise pour les effets qui permettent de s’y retrouver plus facilement, mais je ne détaillerais pas ça ici, ça serait trop long ;

Reborn : Provient de Monster Reborn, il s’agit simplement de l’action de faire “revivre” un monstre en l’invoquant spécialement sur le terrain depuis le cimetière, exactement comme la carte éponyme ;

Recto / Verso : Le « Recto » est la face visible d’une carte, tandis que le « Verso » est une carte face cachée. Pour l’exemple, Le Livre de la Lune permet de cibler un monstre face « recto » (donc face visible), et de le passer directement face « verso » (donc face cachée) ;

Removal : De l’anglais “Suppression”, il s’agit de l’action de retirer une ou plusieurs cartes du terrain, que ce soit en les détruisant, en les bannissant, en les envoyant simplement au cimetière, ou en les renvoyant dans la main ou deck ;

Recycler : Recycler est l’action de récupérer des cartes du cimetière ou bannies, soit en les ramenant sur le terrain, soit en les renvoyant dans la main ou dans le deck ;

Retrain : Un terme anglais signifiant littéralement « Recycler » ou « Réentrainé ». Dans le contexte, une « retrain », ou une « évolution », est une carte ou un ensemble de carte basées sur de vieilles cartes, le plus souvent reprenant jusqu’à leurs nom et leurs design, et leurs offrant un « second souffle » au niveau de leurs effets pour les rendre jouable dans le jeu moderne, voir en leurs donnant simplement un effet s’ils n’en avaient pas avant. Pour l’exemple, Guardien Celtique Recyclé est une « retrain » du Gardien Celte, c’est d’ailleurs de lui que viens le terme « retrain », puisque son nom original japonais est « Retrained Elf Swordsman » ;

ROTA : Abréviation de « Reinforcement of the Army », mieux connue en français sous le nom de « Renfort de l’Armée« . Cette carte a le simple effet d’ajouter un monstre de type guerrier de max. niveau 4 du deck à la main. Depuis, ce terme a été dérivé par les joueurs pour désigner toute carte ayant un effet similaire capable d’ajouter une carte du deck à la main, le plus souvent lié à un archétype.

Scoop : Jargon signifiant “Abandonner”. Si un joueur “scoop”, ça signifie qu’il abandonne et laisse son adversaire gagner la partie. Là encore, je ne connais pas l’origine exacte de ce terme… ;

Set : Dans le contexte du jeu de carte, « Set » une carte signifie « Poser face verso », que ce soit un monstre ou une carte magie / piège ;

Staple : Un terme anglais signifiant “Agrafe” ou “Important”. Dans le contexte, on parle de “staple” lorsqu’on fait référence à des cartes “indispensable” pour beaucoup de deck. Ce sont très souvent des cartes génériques qui peuvent rentrer dans beaucoup de decks pour les améliorer, sans (trop) impacter la consistance. Par exemple, Floraison de Cendres et Joyeux Printemps est une staple car c’est une handtrap très polyvalente, capable de toucher un grand nombre de deck et empêcher l’adversaire de placer un terrain trop difficile à casser ;

Stratos : Provient de « Elemental HEROS Stratos« , en Français « Airman, HÉROS Élémentaire« , un des piliers des decks basés sur les Héros en tout genre grâce à l’un de ses effets extrêmement pratique permettant d’ajouter n’importe quel monstre « HEROS » depuis le deck à la main. Depuis, son nom est réutilisé par les joueurs pour décrire rapidement un monstre invocable facilement qui peut tuto une carte de son archétype lors de son invocation. Par exemple, Valkyrie-Dritte est la stratos du deck Valkyrie ;

Stun : Littéralement “Assommer”. Contrairement aux annulations, ici il s’agira d’effets empêchant partiellement ou entièrement le/les joueurs d’entreprendre certaines actions, comme par exemple réaliser des invocations spéciales, activer des cartes magies ou des cartes pièges, ou même une carte en particulier. On parlera alors de “Floodgate”, un type de carte destiné à restreindre le plan de jeu d’un ou des joueurs. La finalité reste la même qu’avec les annulations, cependant dans les faits ce ne sont pas les même choses (ex : Un joueur pourra activer Super Polymérisation même en présence de Lion Naturia, en revanche ce sera impossible si un Annihilateur de Magie est présent) ;

Splash : Ce terme d’origine anglaise désigne quelque chose qui peut s’intégrer à beaucoup d’autres pour les améliorer. Dans le contexte de Yu-Gi-Oh, « splashable » désigne une carte ou un ensemble de carte qui peut s’intégrer à beaucoup de deck afin de les améliorer ou de leurs apporter quelque chose de manquant. Beaucoup de cartes « splashable » sont aussi considérées comme des « staples », tel que Tourbillons Jumeaux, une carte « splashable » dans n’importe quel deck, leurs octroyant une solution solide de destruction de backrow. Les joueurs parleront plus souvent d’archétype « splashable » dans beaucoup de deck car nécessitant peu de cartes de leurs propre archétype tout en améliorant considérablement les capacité du deck dans lequel ils sont intégrés. Un exemple d’archétype splashable : Invokhed ;

Spé : Abréviation pour “Invocation spéciale”, SS peut aussi être utilisé, qui signifie « Special Summon » ;

Stats : Abréviation pour “Statistiques”, désigne les valeures d’attaque et de défense d’un monstre ;

Spell Speed : Littéralement “Vitesse de sort”, on parle de “Spell Speed” pour désigner la vitesse de résolution d’effets de cartes et leurs interactions possible entres-elles. Il y a une échelle décrivant quels type d’effets sont de quelle vitesse :
– La “Spell Speed 1” concerne toutes les cartes ayant un effet “ignition” ou un effet “trigger”, donc les monstres à effets classique et les cartes de magie en général, ils seront toujours en début de chaîne et ne peuvent être enchaîné à quoi que ce soit, sauf cas très spécifique comme de multiples effets triggers ayant le même déclencheur communs ;
– La “Spell Speed 2” désigne les effets dit “rapide”, utilisable à n’importe quel moment pendant le tour de chaque joueurs, tel que les cartes pièges en général, les magies “jeu-rapide” ayant été posées au préalable ou les effets de monstres spécifiés “(effet rapide)” ou “durant le tour de chaque joueurs” dans leurs texte. Ces effets peuvent être utilisés pour répondre à d’autres de vitesse 1 ou 2 ;
– Enfin, la dernière “Spell Speed 3” est la plus rapide existante, et ne concerne que les cartes pièges “contre-piège” qui sont spécifiquement faites pour répondre à une action. Seul les cartes pièges “contre-piège” peuvent répondre à l’activation d’une autre piège de ce type. Cette échelle permet de savoir quel type d’effet peut être enchaîné à d’autre ;

Spell Speed 4 : Un terme non-officiel décrivant un effet de carte dont on ne peut répondre à son activation. Certains joueurs utilisent ce terme pour se référer aux cartes tel que Super Polymérisation auquel aucun joueur ne peut répondre une fois activée. Cela leurs donne une protection contre les negate et l’assurance de voir l’effet se résoudre correctement ;

Tribute fodder : Anglais pour “Chair à Sacrifice”, désigne un monstre ou une carte qui sera utilisée comme sacrifice pour invoquer ou activer quelque chose d’autre ;

Trigger : Effet dit “déclencheur”, ce sont des effets de carte qui, lorsqu’un autre effet ou une action est réalisé, se “déclenchent” et s’active alors. Les effets de ce genre ne sont pas des effets rapides (ils sont Spell Speed 1), ils ne peuvent pas être utilisés pour répondre à une action, même si cette action est leurs déclencheurs. Ils activeront toujours leurs effets dit “trigger” dans une nouvelle chaîne suivant celle incluant le déclencheur. Par exemple, utiliser l’effet rapide d’Angélique dans la main pour gagner des points de vie en réponse à l’activation d’un Monster Reborn adverse ne permettra pas à Marjolaine de bannir le monstre que l’adversaire avait prévu de reborn car son effet ne s’activera que dans la chaîne suivante, donc après que l’adversaire ait résolu l’effet de sa carte magie ;

Tuto : Terme utilisé surtout par les français pour désigner un effet permettant d’ajouter une carte spécifique directement du deck à la main. On parle aussi de “tutoriser” une carte ou de jouer des “tuteurs”, alors qu’en anglais c’est simplement appelé “search” ou “searcher”, “chercher” en français, car on va « chercher » une carte dans le deck pour l’ajouter à la main ;

Top-deck : « Le Dessus du deck » en FR, c’est simplement une expression utilisé par les joueurs lorsqu’ils piochent la carte qu’il leurs faut pour se sortir d’une situation difficile ;

Token : Anglais pour « Jeton » ;

Tower : « Tour » en FR, c’est un surnom utilisé pour décrire un monstre non affecté par les effets de cartes avec une grosse attaque tel que Gouki le Puissant Ogre ou Raidraptor – Faucon Ultime. L’origine de ce surnom provient de Tours Apoqliphort (Apoqliphort Towers en anglais), un monstre qui a marqué les joueurs à l’époque où Qliphort était un deck méta puisqu’il était très difficile à gérer avec son immunité à tous les effets hormis ceux de monstres d’un niveau supérieur à lui-même. Depuis, tous les monstres ayant une immunité aux effets avec une forte ATK sont considérés comme des « Towers ».

V.F.D. : C’est le petit surnom du « Roi Véritable de Toutes les Calamités« , dont le vrai nom en japonais est « 真竜皇V.F.D.« , qui se lit « Shinryū’ō Za Bīsuto« , littéralement « Roi Dragon Véritable La Bête« . Le VFD n’est pas du tout prononcé, à la place il est remplacé par « The Beast », « La Bête » en FR, qui est une référence biblique et un des surnoms du diable. Ca reste bien sûr une hypothèse, l’autre hypothèse plus probable viens des autres monstres de son archétype, les « Roi Véritables » qui ont tous une initiale liée à leurs « titre » en japonais, « Roi Véritable Bahrastos le Fathomeur (真竜皇バハルストス.)« , « Roi Véritable Agnimazud le Volatile (真竜皇アグニマズド.) » et « Roi Véritable Lithosagym le Désastre (真竜皇リトスアジム.)« , ce qui donne plus de sens dans l’idée et qui expliquerais que le VFD ne serait que la « fusion » des trois True King ensemble. Pour plus d’information à ce sujet, je vous redirige vers la page Yugipédia ;

Win Condition : Tout deck dans Yu-Gi-Oh a besoin d’une « Win Condition », ou « Condition de victoire » en FR. La win condition la plus basique qui soit du jeu est celle qui implique d’attaquer avec des monstres afin de vider les points de vie adverse, mais cela peut être différent pour beaucoup de deck. Par exemple, la win condition d’un deck Exodia est d’avoir les 5 parties d’Exodia en main, on orientera donc le deck dans le but de les piocher aussi vite que possible. Les decks meules auront pour win condition de vider le deck adverse afin qu’il ne puisse pas piocher lors de son tour et ainsi perdre par « Deck out », les decks contrôles se reposeront sur un ou plusieurs monstres doté de fortes capacités de disruption pour empêcher l’adversaire de faire quoi que ce soit pendant son tour, laissant le champ libre pour attaquer au tour suivant… En bref, la win condition est la stratégie du deck pour atteindre la victoire ;

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.